• Marcus Morin

Voici en quoi consiste le nouveau programme de drones de la police de New-York



Nouvelle année sur Time Square

Par Marcus Morin, CEO, AEKO Dronautique

« Défoncer l’année » à Time Square est un événement mythique attirant des centaines de milliers de personnes coincées comme des sardines dans un espace qui n’est pas configuré pour recevoir autant de gens. Disons qu'en termes d’accès et d’espaces disponibles, nous sommes très loin des Plaines d'Abraham de Québec! Cette année, le plus gros service de police des États-Unis avait prévu innover en utilisant pour la première fois un drone capable de transmettre des images du rassemblement en temps réel au centre de coordination des opérations. Malheureusement, à cause de la pluie abondante et des vents violents, le Commissaire a dû ordonner l'annulation des envolées.

Pour pouvoir assister aux festivités du Nouvel An, les autorités recommandent aux participants d’arriver tôt, avant 15h plus précisément. Tous doivent passer au travers de l’imposant dispositif de sécurité qui mobilise près de 7000 policiers. Tous les paliers des forces de l'ordre sont impliqués: la ville et de l’état de New York, le FBI, les agences gouvernementales incluant l'escouade anti-terrorisme jusqu'aux équipes CBRN. Ajoutez à cela les services médicaux et paramédicaux, les pompiers, les agents de liaison de la ville, les réseaux de distributions d'énergie, les services de transport en commun et vous vous retrouverez avec une tâche de coordination colossale. Avoir des données terrain, en temps réel, lors d'un événement de cette ampleur constitue un avantage stratégique important pour l'analyse et la prise de décision.

Il est intéressant de constater que le NYPD, reconnu pour ses innovations, ose aller de l’avant avec un programme de dronautique appliquée aux opérations policières.

C'est le 4 décembre dernier, après un rigoureux processus de formation et d’entrainement que le Commissaire du NYPD James P. O'Neill a officiellement lancé le programme de drones. Le projet a été confié à l’équipe TARU (Technical Assistance Response Unit), une équipe d’assistance technique qui dessert toutes les sections du service de police de New York.

En quoi consiste cette flotte de drones?

Les quatorze appareils du service proviennent de chez DJI, leader mondial en fabrication de drones civils. Les modèles sélectionnés par le NYPD sont les suivants:

Onze Mavic Pro: pour des opérations tactiques, comme les prises d’otages ou les personnes barricadées. Ce modèle est technologiquement surprenant, facilement transportable (on peut même le porter à la ceinture) et très rapide à déployer. C'est l'appareil illustré à gauche de la photo.

Deux Matrice M210-RTK: pour les opérations de recherche et sauvetage et pour la cartographie 3D. De calibre industriel, ce modèle, beaucoup plus gros que le Mavic, peut évoluer de façon stable malgré les forts vents et est capable de résister à la pluie et à la neige. Sur la photo ci-bas, on peut voir que le M210-RTK (à droite) est équipé d'une caméra 30x et d'une caméra XT2, un modèle dernier cri capable de juxtaposer imageries thermique et 4K.

Un DJI Inspire 1: un drone professionnel très performant, souvent utilisé pour le cinéma, qui servira surtout pour l’entrainement.


Drone NYPD

Image: NYPD

Dans quels cas le NYPD autorise-il l'usage de drones?

Usage autorisé

  • Recherche et sauvetage

  • Scène de crime ou d’accident

  • Recherche d’éléments de preuve dans des lieux vastes ou difficiles d'accès

  • Intervention impliquant des matières dangereuses

  • Surveillance de la circulation pédestre et automobile lors de grands rassemblements

  • Assistance tactique lors de prise d’otages ou de personne barricadée

  • Autre situation d’urgence, avec l’approbation du commandant de l’unité

Usage interdit

  • Patrouille de routine

  • Contrôle de la circulation

  • Immobilisation de véhicule ou de personne suspecte

  • Utilisation d'un drone comme arme

  • Équiper un drone d’une arme

  • Recherche sans mandat

L’utilisation des technologies de la dronautique dans les forces de l'ordre représente un double défi: en plus de devoir se conformer aux règlements régissant les drones, il faut aussi respecter tous les aspects légaux encadrant le travail policier.

Et au Canada ?

Au Canada, certains services de police, comme la Gendarmerie Royale du Canada et la Sûreté du Québec, ont commencé à utiliser des drones en criminalistique, principalement pour appuyer le travail des techniciens en scènes de crime. Les logiciels d'assemblage d'images en orthomosaïque géoréférencée (qui permettent de présenter des éléments selon les coordonnées géographiques exactes obtenues par satellite), ou encore ceux de reconstitution en 3D donnent déjà des résultats d’une qualité et d’une précision impressionnante : en quelque sorte, cela permet aux jurés de visiter la scène de crime telle qu’elle était au moment où les policiers ont recueillis leurs preuves.

Ce n'est pas pour demain que l'on verra la dronautique au quotidien au tribunal; la jurisprudence impliquant des preuves constituées à l’aide des drones est encore inexistante aujourd'hui. Mais il y a fort à parier que la dronautique deviendra bientôt un outil de travail déterminant pour les policiers.

AEKO Dronautique est une entreprise qui combine 25 années de savoir-faire en mesures d'urgence et sécurité civile avec la technologie de pointe en dronautique appliquée.

Pour en savoir plus sur nous, vous pouvez visiter notre site web ou encore nous contacter directement

Source:

https://www1.nyc.gov/site/nypd/news/p1228c/nypd-outlines-security-measures-new-year-s-eve#/0

https://www1.nyc.gov/site/nypd/news/p1204a/nypd-new-unmanned-aircraft-system-program#/0